La maladie de Horton : qu’est-ce que c’est ?

Vous avez déjà entendu parler de maladie de Horton ou un proche à vous en souffre ou c’est plutôt vous qui en souffrez. Cependant, vous n’avez aucune information précise concernant cette maladie mais vous souhaitez en savoir davantage. Vous n’avez plus d’inquiétudes à avoir car cet article vous apporte toutes les informations dont vous avez besoin. Cap sur ces informations.

La maladie de Horton : de quoi s’agit-il en réalité ?

Encore connue sous le nom de artérite giganto-cellulaire ou artérite temporaire, la maladie de Horton est une maladie inflammatoire des vaisseaux sanguins. En effet, elle affecte des vaisseaux particuliers tels que les artères vertébrales et celles occipitales. Ainsi, les artères peuvent être bouchées, ce qui rend difficile la régulation de l’apport en oxygène.

Une telle situation peut causer des dégâts considérables au niveau des artères et des vaisseaux qui font fonctionner la vue. D’ailleurs la principale conséquence de cette maladie est la cécité partielle ou totale.

C’est une maladie qui est en fait rare donc peu connue mais le nombre de personnes atteintes est croissant. Les personnes à risques sont les femmes âgées de plus de 50 ans.

Quelles sont les causes de la maladie ?

La maladie de Horton ne possède pas de causes déjà connues. Mais elle a plutôt des éléments déclencheurs. IL s’agit de:

  • L’atteinte au syndrome de Forestier-Certonciny.
  • Le fait d’être âgé de plus de 50 ans.
  • Être du sexe féminin est aussi un facteur déclencheur car ce sont les femmes qui sont le plus atteint.
  • Vivre dans le Nord de l’Europe car la maladie est plus présente au nord de l’Europe. De plus, les personnes originaires des pays scandinaves et de l’Europe du Nord sont le plus atteint.
  • Avoir des problèmes d’insomnie aiguë.
  • Ne pas faire régulièrement des activités sportives au cours de sa jeunesse.
  • Avoir un régime gras.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

La maladie de Horton a pour symptômes les céphalées plus particulièrement au niveau des tempes, la claudication de la mâchoire, un amaigrissement, la perte d’appétit. Ainsi que des troubles visuels, les fièvres inexpliquées, les sueurs nocturnes et la perte d’énergie. Cependant, il est préférable de faire diagnostiquer la maladie qui se confirme par une biopsie.

 

Quels sont les traitements contre la maladie ?

Il faut noter qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de prévention possible contre la maladie. Mais si elle est vite détectée, son traitement peut être rapide. Ainsi, ce traitement est axé sur une dose assez forte de corticothérapie. C’est un traitement efficace qui favorise une bonne amélioration en 1 mois seulement.

Mais il faut noter que les doses de corticothérapie varient en fonction de l’état des anticorps et des protéines dans le corps de la personne atteinte.